Le kiosque > Revue de presse > « SMS au volant : le message fort de la justice » Vosges Matin
RETOUR
Revue de presse

« SMS au volant : le message fort de la justice » Vosges Matin

sms-au-volant-le-message-fort-de-la-justice
sms-au-volant-le-message-fort-de-la-justice

Quand on lit un SMS, on multiplie par 23 le risque d’accident. Il faut prendre conscience de la gravité de l’usage du téléphone portable en conduisant.

C’est une jeune fille menue, vêtue tout de noir, qui se présente à la barre du Tribunal correctionnel de Thionville.

Le 24 septembre 2017, vers 1 heures 30 du matin, David R., 40 ans, circulant au guidon d’une Harley Davidson, est victime d’un accident mortel sur l’A31, au niveau de Mondelange. Il a été percuté à l’arrière par un véhicule dans lequel avaient pris place trois jeunes filles qui rentraient d’une soirée en discothèque, à Saint-Julien-lès-Metz.

L’enquête révélera un excès de vitesse de 25 km/h mais surtout une utilisation irraisonnée de son téléphone portable de la part de la conductrice. Occupée à lire un message, elle n’aurait pas vu la moto qui circulait devant elle.

Poursuivie pour homicide involontaire aggravé par l’usage de son téléphone portable, elle reconnaît les faits, s’excuse entre deux sanglots.

« Entre la discothèque et le lieu de l’accident, vous avez reçu tout de même onze messages alors que vous étiez au volant », lui fait remarquer le président du tribunal.

« Il faudra bien comprendre un jour que la voiture tue », plaide Maître PÉRIER-CHAPEAU, avocate de la famille de la victime. « Et quand on lit un SMS, on multiplie par 23 le risque d’accident. Il faut prendre conscience de la gravité de l’usage du téléphone portable en conduisant. Pour mes clients, le préjudice est irréparable. La faute à l’insouciance, à la désinvolture. »

Le tribunal condamne Léa L. à trois ans de prison dont deux assortis du sursis. Il décide en outre l’annulation de son permis de conduire et l’interdiction de le repasser avant 18 mois.

Responsabilité médicale : bilan 2017 de la MACSF Dans son rapport sur le risque des professionnels de santé pour 2017, la MACSF invoque une « démultiplication des postes de préjudices au profit de la victime », une tendance « avec une incidence non négligeable sur le coût des sinistres »
A lire aussi
ROUEN : 02 32 12 00 75 PARIS : 01 42 73 60 51 BORDEAUX : 05 56 56 92 92