Le cabinet > Actualités > Accidents de la circulation, dernier bilan décevant
RETOUR
Actualités

Accidents de la circulation, dernier bilan décevant

accidents-de-la-circulation-dernier-bilan-decevant
accidents-de-la-circulation-dernier-bilan-decevant

Selon l'Observatoire national interministériel de la Sécurité routière, la mortalité sur les routes, au mois le mois, progresse cependant que l’évolution du nombre des blessés serait en baisse : 263 personnes ont été tuées en janvier 2015 sur les routes.

La Sécurité routière annonce aujourd’hui 263 personnes tuées en janvier 2015 sur les routes de France.

La hausse de la mortalité routière observée en 2014, la première depuis douze ans, se confirme aujourd’hui selon l'Observatoire national interministériel de la Sécurité routière.

La mortalité routière connaît une hausse assez forte (+12%) par rapport à janvier 2014.

En revanche, les nombres des blessés hospitalisés, blessés et accidents corporels sont en baisse (respectivement -13.5%, -10.1% et -10.1%).

La Sécurité routière assure toutefois qu’il y a eu, en 2015, 5 127 blessés, soit 10,1 % de moins qu’en 2014.

La mortalité des automobilistes et des piétons sont en hausse sensible d'un mois sur l'autre : respectivement +2% et +1%.

La mortalité routière connaît une hausse assez forte : « Il est vraisemblable toutefois, que ce chiffre est sous-estimé » indiquent les représentants de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière, lors d’une conférence de presse (« Tués sur la route : la hausse continue, de nouvelles mesures prévues » Le Monde.fr, 12 mars 2015).

En effet, dès lors que les forces de l’ordre n’ont pas été saisies, les Bulletins d’analyse des accidents corporels, sur lesquels se fondent les statistiques, ne comptabilisent généralement pas les victimes d’accidents sans tiers impliqué et sans survenance d’un décès.

Nous changeons d’adresse à Paris Notre Cabinet s’installe au 91 rue de l’Université à Paris, 7ème arrondissement. Notre adresse parisienne change, mais nos coordonnées restent inchangées.
Mediator : un procès hors de la norme? Le procès "Mediator" s’ouvre aujourd’hui, pour une durée prévue de six mois, au Tribunal de Grande Instance de Paris. Près de dix ans après le retrait du médicament, ce procès se caractérise par sa durée, ses nombreuses victimes et multiples mises en cause ainsi que par les questions essentielles qui devraient y être posées.
A lire aussi