Le cabinet > Actualités > Baisse générale de la mortalité routière en octobre 2018
RETOUR
Actualités

Baisse générale de la mortalité routière en octobre 2018

une-baisse-generale-de-la-mortalite-routiere-en-octobre-2018
Par rapport à il y a un an, la mortalité des cyclistes baisse fortement (- 8%)

L'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR) confirme une forte baisse de la mortalité en octobre dernier, par rapport à la même période en 2017

La hausse des blessures corporelles contrarie la baisse de la mortalité routière

C'est le constat dressé par l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR).

Concrètement, en octobre 2018, ce sont 295 personnes qui ont perdu la vie sur les routes de métropole et d'Outre-mer contre 319 en octobre 2017.

Une baisse de la mortalité routière...

Cela représente une baisse de 13,8% par rapport à la même période de l’année 2017.

L'ONISR précise également que, si la mortalité routière a chuté, le nombre d'accidents corporels a, quant à lui, augmenté.

... antagoniste à la hausse des blessures corporelles

Le mois dernier, on recense, hélas, pas moins de 5.644 accidents corporels en France métropolitaine.

L'an dernier à la même période, le nombre d'accidents corporels était de 5.351.

Cela représente une augmentation de 293 accidents soit une hausse de 5,5%.

La mortalité des piétons est la plus élevée pour un mois d’octobre depuis dix ans avec plus de 60 piétons tués.

Selon les estimations provisoires de l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), 295 personnes ont perdu la vie sur les routes de métropole et d'Outre-mer et 7 200 ont été blessées dans 5 844 accidents corporels en octobre 2018.

[Source ONISR]

Nous changeons d’adresse à Paris Notre Cabinet s’installe au 91 rue de l’Université à Paris, 7ème arrondissement. Notre adresse parisienne change, mais nos coordonnées restent inchangées.
Mediator : un procès hors de la norme? Le procès "Mediator" s’ouvre aujourd’hui, pour une durée prévue de six mois, au Tribunal de Grande Instance de Paris. Près de dix ans après le retrait du médicament, ce procès se caractérise par sa durée, ses nombreuses victimes et multiples mises en cause ainsi que par les questions essentielles qui devraient y être posées.
A lire aussi