Le cabinet > Actualités > Un diplôme universitaire pour compléter la formation des experts judiciaires
RETOUR
Actualités

Un diplôme universitaire pour compléter la formation des experts judiciaires

un-diplome-universitaire-pour-completer-la-formation-des-experts-judiciaires
En quelques années, le diplôme Droit de l'expertise médico-légale a formé plus de 150 participants

Le diplôme interuniversitaire de Droit de l’expertise médico-légale (DIU DEM) donne aux futurs experts judicaires la formation juridique essentielle pour réaliser, dans les meilleures conditions et au meilleur niveau, les missions d’expertises qui leur sont confiées par les tribunaux

Un diplôme universitaire pour compléter la formation des médecins experts judiciaires

Le diplôme interuniversitaire de Droit de l’expertise médico-légale (DIU DEM) donne aux futurs experts judicaires la formation juridique essentielle pour réaliser, dans les meilleures conditions et au meilleur niveau, les missions d’expertises qui leur sont confiées par les tribunaux. Le diplôme intéresse également tous les professionnels qui sont  quotidiennement impliquées dans la procédure de l’expertise judiciaire : avocats, officiers de police judiciaire, magistrats, professionnels de l’assurance ou des organismes sociaux.

En quelques années, le DIU DEM a formé plus de 150 participants. Le diplôme, reconnu par les universités de Paris-Diderot (faculté de médecine) et de Montpellier (faculté de droit)  ouvre sa prochaine session en janvier 2016 avec une nouvelle direction.

Très impliqué depuis les débuts dans cette formation, Pierre-Yves Chapeau intègre cette nouvelle équipe de direction du DIU au côté du Professeur Corinne Alberti (Paris-Diderot) et de Philippe Amiel (Paris-Diderot).

Renseignements : http://diudem.fr

Nous changeons d’adresse à Paris Notre Cabinet s’installe au 91 rue de l’Université à Paris, 7ème arrondissement. Notre adresse parisienne change, mais nos coordonnées restent inchangées.
Mediator : un procès hors de la norme? Le procès "Mediator" s’ouvre aujourd’hui, pour une durée prévue de six mois, au Tribunal de Grande Instance de Paris. Près de dix ans après le retrait du médicament, ce procès se caractérise par sa durée, ses nombreuses victimes et multiples mises en cause ainsi que par les questions essentielles qui devraient y être posées.
A lire aussi