Le guide > Conseils et questions > Indemnisation par son assurance : n’acceptez rien hâtivement !
RETOUR
Conseils et questions

Indemnisation par son assurance : n’acceptez rien hâtivement !

Indemnisation par son assurance : n’acceptez rien hâtivement !

Pour une victime, prendre la décision hâtive, en situation de faiblesse, d’accepter l’offre d’une compagnie n’est pas un acte anodin.

Les compagnies d’assurance tirent revenu de leur activité et cherchent, en toute logique, à limiter le montant des indemnisations versées.

Signer prématurément peut avoir pour effet d’accepter une indemnisation servant les intérêts de l’assureur, sans possibilité de retour en arrière.

Au regard de notre expérience, il est déconseillé à une victime de signer tout type de document ou acte qui pourrait impliquer la renonciation à une procédure judiciaire, à une expertise médicale indépendante, ou à la négociation d’une juste indemnisation.

L’expérience appelle à la prudence quant aux propositions faites par les assureurs, celui de l’auteur de l’accident, notamment.

 

Découvrez également :  Contrat d'assurance : choisir librement son avocat (6) / Le calcul de la réparation d'un préjudice corporel (10)

Le mot du cabinet
Il est déconseillé de signer précipitamment tout type de document qui pourrait impliquer la renonciation à une juste indemnisation.
Préjudice corporel et barème d’indemnisation Le juge dispose d’un pouvoir souverain d’appréciation qui l’autorise à faire application du barème de capitalisation le plus adapté pour assurer la réparation du préjudice de la victime. La Cour de cassation rappelle que le juge est tenu d'assurer la réparation intégrale du dommage actuel et certain de la victime sans perte ni profit.
A lire aussi