Le cabinet > Actualités > La drogue en cause dans un accident de la route sur cinq
RETOUR
Actualités

La drogue en cause dans un accident de la route sur cinq

accident route accident circulation avocat provoquer accident conducteurs piétons victimes indemnisation accident mortel victimes accidents de la circulation drogues alcool

Un accident mortel sur cinq est lié à la drogue, selon le bilan 2013 de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR)

« Tous les indicateurs d’accidentalité sont à la baisse ».

Toutefois, un accident mortel sur cinq est lié à la drogue, selon le bilan 2013 de l’Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR).

La mortalité routière tombe à 3 268 personnes tuées. La baisse est de –10,5 % soit 385 vies épargnées par rapport à 2012. « Il s’agit de la 4ème baisse la plus importante depuis 1954, année des débuts de la statistique informatique ».

Cependant, en 2013, le taux de dépistage positif de stupéfiants a encore progressé et s’établit à 41,2 %.

Lorsqu’un contrôle est réalisé après un accident mortel, 20 % des conducteurs sont  sous l’emprise de stupéfiants.

Selon le bilan de l’ONISR, en ce qui concerne le comportement des usagers de la route, les drogues sont mélangées entre elles, et consommées avec de l’alcool.

Le risque de provoquer un accident est alors multiplié par 14.

Malgré cette progression alarmante, l’alcool reste la principale cause d’accidents en France : 3 accidents sur 10 sont liés à l'alcool.

Le taux de positivité après un dépistage est nettement inférieur, probablement grâce aux multiples campagnes de prévention.

29% des personnes tuées le sont dans un accident dans lequel au moins un conducteur/piéton avait un taux d’alcool>0,5g/l.

18% des conducteurs/piétons impliqués dans un accident mortel ont un taux d’alcool>0,5g/l.

Préjudice corporel et barème d’indemnisation Le juge dispose d’un pouvoir souverain d’appréciation qui l’autorise à faire application du barème de capitalisation le plus adapté pour assurer la réparation du préjudice de la victime. La Cour de cassation rappelle que le juge est tenu d'assurer la réparation intégrale du dommage actuel et certain de la victime sans perte ni profit.
Choisir un avocat en droit du dommage corporel De nombreux avocats pratiquent une matière dans laquelle ils se spécialisent : l’avocat qui prête son assistance aux victimes d’accidents routiers, médicaux, sériels ou d’actes de violence et de terrorisme, pratique une discipline désignée sous l'appellation « droit du dommage corporel »
A lire aussi