Le cabinet > Actualités > La réparation du défaut d’information médicale : dernières avancées
RETOUR
Actualités

La réparation du défaut d’information médicale : dernières avancées

responsabilité médicale information avocat préjudice perte de chance

Les questions de la nature de la responsabilité encourue et du dommage réparable en cas de défaillance dans la délivrance de l’information médicale est depuis 2010 au cœur des débats. On assiste progressivement à un mouvement d’autonomie de l’obligation d’information et parallèlement à un détachement du préjudice de la notion de perte de chance. Cette information est, notamment, attendue lorsque le praticien utilise un produit en dehors de l’autorisation de mise sur le marché

Un pas supplémentaire vers l'autonomie de la réparation du défaut d'information médicale

« Les questions de la nature de la responsabilité encourue et du dommage réparable en cas de défaillance dans la délivrance de l'information médicale est depuis 2010 au coeur des débats. On assiste progressivement à un mouvement d'autonomie de l'obligation d'information et parallèlement à un détachement du préjudice de la notion de perte de chance. Cette information est, notamment, attendue lorsque le praticien utilise un produit en dehors de l'autorisation de mise sur le marché. »

Sophie PERIER, Avocat, François VIALLA, Professeur des universités, Université de Pau et des Pays de l’Adour, Directeur du centre Droit et Santé de l’Université de Montpellier, Mathieu REYNIER, Docteur en droit, Juriste, Revue Médecine & Droit, Editions Elsevier Masson.

Mediator : un procès hors de la norme? Le procès "Mediator" s’ouvre aujourd’hui, pour une durée prévue de six mois, au Tribunal de Grande Instance de Paris. Près de dix ans après le retrait du médicament, ce procès se caractérise par sa durée, ses nombreuses victimes et multiples mises en cause ainsi que par les questions essentielles qui devraient y être posées.
Préjudice corporel et barème d’indemnisation Le juge dispose d’un pouvoir souverain d’appréciation qui l’autorise à faire application du barème de capitalisation le plus adapté pour assurer la réparation du préjudice de la victime. La Cour de cassation rappelle que le juge est tenu d'assurer la réparation intégrale du dommage actuel et certain de la victime sans perte ni profit.
A lire aussi