Le cabinet > Actualités > Baromètre des accidents de la route
RETOUR
Actualités

Baromètre des accidents de la route

accidents-de-la-route-en-août-2016_victimes_blessés_corporels
« Tous responsables de la sécurité routière »

Comme chaque mois, la douloureuse balance des victimes tuées ou blessées sur les routes est chiffrée. Le mois d'août 2016 compte 302 tués sur la route et 4271 blessés corporels.

302 tués au mois d'août 2016

Trois cent deux personnes tuées, soit trente de moins qu'en août 2015.

Le nombre de morts sur les routes de France a enregistré une baisse de 9% en août, selon l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière.

Après deux années de hausse, la mortalité recule faiblement pour le 3ème mois consécutif. 

Le nombre de morts sur les routes de France avait enregistré une très légère baisse de 0,3% en juillet, avec 352 personnes tuées, soit une de moins qu'en juillet 2015. 

Le ministre de l’Intérieur indique que cette baisse est consécutive « à deux années orientées à la hausse ».

En 2014, 3384 personnes sont mortes, soit une augmentation de 3,5% par rapport à 2013, et en 2015, il y a eu 3 464 tués, soit une augmentation de 2,4% par rapport à 2014.

La France n'avait pas enregistré deux années consécutives de hausse de la mortalité routière depuis trente-cinq ans.

4.271 victimes corporelles en août 2016

Le nombre d'accidents corporels n’est ramené qu’à 4.271, contre 4.279 en août 2015.

« Les nombres des accidents corporels et des blessés sont relativement stables (respectivement -0,2% et -1,7%). En revanche, le nombre des blessés hospitalisés est en hausse (+3,8%). »

A retenir
« Toute personne victime d’un accident corporel de la circulation a le droit d’être indemnisée de l’ensemble de ses préjudices en dehors de toute plainte. » (www.securite-routiere.gouv.fr)
Nous changeons d’adresse à Paris Notre Cabinet s’installe au 91 rue de l’Université à Paris, 7ème arrondissement. Notre adresse parisienne change, mais nos coordonnées restent inchangées.
Mediator : un procès hors de la norme? Le procès "Mediator" s’ouvre aujourd’hui, pour une durée prévue de six mois, au Tribunal de Grande Instance de Paris. Près de dix ans après le retrait du médicament, ce procès se caractérise par sa durée, ses nombreuses victimes et multiples mises en cause ainsi que par les questions essentielles qui devraient y être posées.
A lire aussi