Le cabinet > Actualités > Courte trêve de la mortalité routière au premier trimestre 2017
RETOUR
Actualités

Courte trêve de la mortalité routière au premier trimestre 2017

mortalite-routiere-leger-repit
mortalite-routiere-leger-repit

L'Observatoire national interministériel de la sécurité routière affiche une inflexion du nombre de victimes ayant perdu la vie sur les routes de France.

Recul de la mortalité sur les routes au premier trimestre 2017

Le premier trimestre de l'année 2017 affiche une baisse de 3,7%, soit 28 personnes tuées en moins.

Selon l'Observatoire national interministériel de la sécurité routière (ONISR), ces chiffres se corrigent, hélas, d’une hausse des victimes d'accidents de la route tuées.

266 personnes ont perdu la vie sur les routes de France métropolitaine, contre 255 en mars 2016, soit 11 décès de plus (+ 4,3%).

Au second trimestre, si ces chiffres (issus du recueil de données du Ministère de l’intérieur relatif aux accidents corporels, c'est à dire des personnes blessées, blessées hospitalisées ou décédées) se confirmaient, nous pourrions rompre avec trois années consécutives de hausse du nombre de victimes décédées sur les routes.

« À la veille du long week-end de Pâques et de son traditionnel « chassé-croisé » sur les routes de France, la Sécurité routière appelle tous les usagers à la plus grande prudence et au respect scrupuleux des consignes de sécurité. »

Source : Observatoire national interministériel de la sécurité routière

A retenir
« Sur la route, respecter les règles c'est respecter la vie. »
Mediator : un procès hors de la norme? Le procès "Mediator" s’ouvre aujourd’hui, pour une durée prévue de six mois, au Tribunal de Grande Instance de Paris. Près de dix ans après le retrait du médicament, ce procès se caractérise par sa durée, ses nombreuses victimes et multiples mises en cause ainsi que par les questions essentielles qui devraient y être posées.
Préjudice corporel et barème d’indemnisation Le juge dispose d’un pouvoir souverain d’appréciation qui l’autorise à faire application du barème de capitalisation le plus adapté pour assurer la réparation du préjudice de la victime. La Cour de cassation rappelle que le juge est tenu d'assurer la réparation intégrale du dommage actuel et certain de la victime sans perte ni profit.
A lire aussi