Le cabinet > Actualités > L'indemnisation des victimes de la Dépakine en discussion
RETOUR
Actualités

L'indemnisation des victimes de la Dépakine en discussion

une-flat-tax-pour-le-fonds-depakine
Une enquête a été ouverte par le parquet de Paris sur les conditions d'autorisation et de commercialisation de la Dépakine

Le rapporteur du budget de la Sécurité sociale recherche la bonne formule pour financer le fonds d'indemnisation des victimes de la Dépakine. Afin de ne pas obérer les comptes de l'Assurance maladie, une « flat tax » est suggérée.

Comment financer le Fonds Dépakine ?

« L’Etat a failli. Marisol Touraine l’a promis. Gérard Bapt aimerait pouvoir le faire. C’est un rebondissement économique dans l’affaire tentaculaire de la Dépakine®. On peut en prendre connaissance ce matin dans les colonnes du quotidien Les Échos ( Solveig Godeluck) » (Le blog de Jean-Yves NAU).

Imposer les produits de santé

Sur ce plancher mouvant : « Une flat tax [Impôt à taux unique] de 0,1 % ou 0,2 % serait perçue sur tous les produits de santé pris en charge par la Sécurité sociale, et pas seulement les médicaments, parce qu'après tout, les prothèses mammaires Pip étaient elles aussi remboursées », indique le rapporteur du budget de la Sécurité sociale.

Reconsidérer la pharmacovigilance

Au moment où la responsabilité des autorités sanitaires et de pharmacovigilance est interrogée « il n’est pas supposé d’intervention du laboratoire pour faire taire des alertes ou étouffer des rapports, contrairement à ce qu’on a vu dans l’affaire du Médiator. D’ailleurs, c’est pis, parce que cela prouve l’inertie du système sanitaire. Personne ne prend le taureau par les cornes. »

L’association de défense des victimes de la Dépakine estime que 30 000 à 50 000 personnes seraient concernées.

Pour mettre les victimes à l’abri de l’insécurité juridique, la création d’un fonds d’indemnisation s’impose de manière évidente mais... moyennant finances.

Nous changeons d’adresse à Paris Notre Cabinet s’installe au 91 rue de l’Université à Paris, 7ème arrondissement. Notre adresse parisienne change, mais nos coordonnées restent inchangées.
Mediator : un procès hors de la norme? Le procès "Mediator" s’ouvre aujourd’hui, pour une durée prévue de six mois, au Tribunal de Grande Instance de Paris. Près de dix ans après le retrait du médicament, ce procès se caractérise par sa durée, ses nombreuses victimes et multiples mises en cause ainsi que par les questions essentielles qui devraient y être posées.
A lire aussi